• Conflits

    Conflits

    "Les disputes ont souvent pour objet des convictions qui sont questionnables, mais les malaises qui en découlent ne le sont pas."

    Beaucoup de conflits ne font que nous empoisonner la vie sans raison valable. Ceci est particulièrement vrai lorsque des convictions questionnables et subjectives sont à l’origine de ceux-ci. Plusieurs désaccords ont pour cause un refus de s’interroger sur le bien-fondé de nos convictions. Si les désaccords font partie inhérente du couple, la multiplication des conflits n'est en revanche pas propice à l'harmonie. Et l'adage selon lequel les disputes sont un piment nécessaire pour des amours durables est à prendre avec précaution. 

    Peu de disputes sont efficaces, mais la plupart du temps, le sujet de la dispute est un prétexte, un moyen de déclencher une discussion ou de faire sortir l'autre de ses gonds. La façon de résoudre les petits malentendus, (certaine personne se trouve incapable) trouve du mal à le communiquer à son « opposant » interlocuteur, "probablement pour des questions d'orgueil mal placé". La première chose à comprendre : pour se disputer, il faut être deux. Si l'un des deux met son ego de côté et refuse d'entrer dans la danse, en sortant de la pièce, en s'abstenant de répondre ou de hausser le ton, la dispute est mort-née." Ce qui, est loin d'être facile "lorsqu'on est sous le coup de la colère". 

    Ne pas laver son linge sale en public, Il faut "éviter tout spectateur, qu'il s'agisse d'amis ou bien sûr de ses enfants". Attendre que les tierces personnes ne soient plus présentes avant d'exploser a de plus un avantage, celui de ne pas réagir à chaud, "meilleure façon d'avoir des mots dépassant sa pensée", prendre son temps de se calmer et de voir les choses avec plus de recul". Cela permet de ne pas rompre le lien, de reparler à froid de ce qui s'est passé. Fuir la dispute ne signifie en effet pas garder pour soi ce qui ne nous convient pas, mais plutôt trouver une autre façon de le dire que par le reproche ou l'invective.

    Quand on est sorti de ses gonds, mieux vaut ne pas tenter de s'excuser à chaud, sous l'impulsion du moment. Il est préférable de se laisser un peu de temps, éventuellement sortir se calmer au grand air, boire un verre d'eau. De façon à rationaliser les choses. Il ne faut pas sous-estimer l'importance de cette faculté à présenter ses excuses, que cela soit pour une erreur anodine ou un mot vraiment plus haut que l'autre. "Plus on a été agressif ou blessant, plus l'excuse doit être rapide et claire". Ce qui là non plus n'est pas toujours aisé sur le moment. Pourtant, la plupart du temps, dans un conflit, chacun des protagonistes a environ 50% des torts. "Il ne faut pas tomber dans cette quête vaine du "dernier mot" que l'on voudrait absolument avoir". La meilleure façon de présenter ses excuses, c'est de faire court, en restant simple et informel.

    La race humaine doit sortir des conflits en rejetant la vengeance, l'agression et l'esprit de revanche. Le moyen d'en sortir est l'Amour. Martin Luther King

    Conflits Conflits

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique